10.000 paiements d'infirmiers seraient en attente du règlement de leur prestation lors de la campagne de vaccination contre la grippe A. Devant la polémique qui enfle la ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a demandé à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) un rapport circonstancié sur la période allant de novembre 2009 à février 2010.

Selon elle, "l'absence de paiement s'explique en partie par la difficulté à établir un justificatif de la présence effective" precisant; "Les infirmiers ont fait quelques heures, sont venus donner un coup de main, assez temporaire".
Elle indique en outre que pour les infirmiers retraités ou sans emploi "le paiement doit être effectué par l'Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (Eprus) dont "ce n'est pas le métier", il a sous-traité avec à l'Agence de services et de paiement (ASP) mais il y a eu quelques difficultés et quelques retards", reconnait-elle.
L'Eprus a ouvert un accueil téléphonique, a précisé la ministre.
En revanche, les infirmiers libéraux ont tous été payés par l'assurance maladie, a affirmé Roselyne Bachelot.